• Session des aînés à Belley : demain nos territoires, nos communautés

    Session des aînés à Belley 2017La session régionale CMR de Belley, c'est toujours un évènement vécu avec intérêt et sympathie.

    Cette année 2017, le thème était encore d’actualité :

    DEMAIN NOS TERRITOIRES… NOS COMMUNAUTÉS

    Nous avons été aidés et éclairés par :

    • Le témoignage de Daniel MICHOUD, maire d’une commune regroupée de l’Isère
    • François BOURSIER, historien et militant
    • Gilles GRACINEAU, prêtre du Prado,

    Nous étions 85 personnes réunies à la Maison St Anthelme  à Belley dont 20 participants du Rhône.

    Avec tout d’abord le maire des Avenières (commune nouvelle), qui nous apprend que 75% des communes ont moins de 1000 habitants. Ces nouvelles communes ont créé une charte avec comme principe, l’équité, le respect des identités, le respect des engagements des équipes précédentes, des objectifs communs. Puis des travaux d’harmonisation (principe d’égalité). Reste la question de base : Quelle est la place de la commune dans l’organisation de la République ?

    Les Territoires, comment les penser ? Intervention de François BOURSIER.

    Ils sont à l’articulation de 2 phénomènes : une grande concentration humaine dans les métropoles, et une économie circulaire dans de petites régions.

    1. Il y a un poids de l’histoire qui nous empêche de penser l’avenir;
    2. Nous sommes aussi dans une révolution anthropologique : Mondialisation et globalisation / interdépendance et interconnexion. Il est donc difficile de penser les territoires en dehors des grandes métropoles. Comment va-t-on intéresser les citoyens à tout cela ? Selon un sondage, 25% des électeurs veulent un pouvoir fort, 45% veulent être plus impliqués, plus participatifs. Mais on est aussi dans une poussée individualiste du « moi…, je … »
    3. Depuis 60 ans on a voté plus de 30 lois sur les territoires
    4. L’intercommunalité est un niveau pour penser le territoire : A ce niveau peut se jouer, la participation démocratique, face à l’attractivité des métropoles, la capacité à créer des connexions avec ces métropoles.
    5. les grandes régions doivent être pensées et repensées avec l’émergence des métropoles : Qu’est-ce qu’un territoire ? Un espace, un paysage, et dedans des gens, où vont se déployer une complexité d’acteurs et de relations, avec une histoire. La présence des services publics doit y être maintenue, mais repensée.

     

    L’évolution vers les mégapoles est-elle inéluctable ?
    Vaste questionSession des aînés à Belley : demain nos territoires, nos communautés des inégalités liées à la mondialisation :Comment garder la proximité et recréer du lien ? C’est difficile d’imaginer vers quoi nous allons, comment nous vivrons dans 20 ans. Soyons bienveillants pour ce monde qui advient. L’action catholique, issue de l’ère industrielle, doit repenser la présence de l’Église dans un monde nouveau.

    Faire Église sur les territoires ruraux. par Gilles GRACINEAU, prêtre du Prado, qui vit en Corrèze.

    Il y a des inquiétudes mais aussi des sursauts, des initiatives. Il y a ce qui se défait : en nombre, en mémoire. Mais il y a circulation de l’Esprit de l’Évangile : «La moisson est là . 

    Itinérance : circulation ; la Parole est première. Prendre le chemin de Jésus – incarnation – régénérescence ; Jésus nous entraîne à la folie, à la sécurité de la foi « agneau au milieu des loups » Dans le silence des campagnes, prendre en compte la
    complexité du quotidien moderne. Face à la peur de la mort, on remplit le temps. La résurrection libère de la peur. De quoi avons-nous besoin ? Rôle de la politique diocésaine, des pôles missionnaires. Importance de discerner les charismes des personnes, pour se donner les moyens.

    Session des aînés à Belley : demain nos territoires, nos communautésFraternité : Prendre conscience de l’identité chrétienne, se percevoir en frères (cf .Paul) Fraternité entre urbain et rural : échanges de qualités réciproques ; fraternité en fragilité, entrainent sagesse et art de vivre. Défis à relever : Comprendre la vocation du rural. Ouvrir un horizon, des aspirations - vie spirituelle. Durer : tenir, dans l’écoute, la solidarité, la louange, l’accueil ; greffer les initiatives sur l’Esprit. Encourager l’épiscopat à l’audace apostolique.

    D'après les notes de Jean MOULIN et Daniel ANGER


     A lire aussi : 

    « Avec l'ACE, les enfants sont "plus forts ensemble"Forum Diocésain des Mouvements et Associations de fidèles, le 28 janvier 2018 »
    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :